Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Intérieur du Château de Belcastel Aveyron

15 Décembre 2015 , Rédigé par Gite l'oustal de saint juéry Publié dans #LA ROUTE DES SEIGNEURS DU ROUERGUE

vidéo de decheminderonde

Le Château de Belcastel, l'un des châteaux de la Route des Seigneurs du Rouergue, se dresse sur un éperon rocheux dominant le village, sur la rive de l'Aveyron.

En bas du grand escalier, le seuil du château franchi, se trouve la salle des gardes. Elle possède une voûte romane ainsi qu'un appareillage de pierre dit « en arête de poisson » figurant sur le mur ouest. Cet appareillage appelé aussi « feuille de fougère » constitue un remarquable élément d'architecture, très ancien, dont l'utilisation fut abandonnée après le XIe siècle.

Le grand escalier mène ensuite à la grande salle. Cette pièce était au Moyen Âge le centre même de la vie du château. Salle commune aux multiples usages, elle servait de cour de justice, de salle de réunions et de banquets et, en cas de siège, de poste de commandement. Mais c'était surtout le lieu où les Seigneurs de Belcastel prenaient leurs repas quotidiens dans un confort plutôt sommaire. Selon les saisons ou les fêtes, les domestiques recouvraient le sol de peaux d'animaux, de tapis, de paille ou d'herbes odorantes. D'épaisses tentures décoraient les murs et garantissaient une meilleur isolation.

A l'époque médiévale, afin d'interdire toute attaque, les ouvertures des fenêtres étaient suffisamment étroites pour empêcher une personne de s'y glisser. Il entrait donc très peu de lumière. Ce n'est qu'à l'issue de la Guerre de Cent Ans (1337 - 1453) que le retour à des temps plus pacifiques permit aux nobles français de transformer leurs forteresses en châteaux plus accueillants. Les Saunhac remplacèrent les petites ouvertures par de larges fenêtres à meneaux auprès desquelles ils installèrent de petits bancs afin de profiter d'un maximum de clarté.

La fin de la Guerre de Cent Ans vit se développer de nouveaux choix architecturaux, reflets d'une ère de paix et de prospérité retrouvées. Les vitraux n'étaient plus l'apanage exclusif des églises et des cathédrales, ils étaient désormais l'un des signes de richesse de la classe supérieure. Des baies vitrées aux couleurs vives baignaient désormais les intérieurs de lumière, si longtemps cachés dans l'obscurité des temps médiévaux. Plusieurs fenêtres du château de Belcastel utilisent du verre moderne aux trois teintes différentes, mais la partie centrale des vitraux est constituée de fragments anciens des XIIIe - XIVe siècles.

Le château abrite une impressionnante collection d'armures originales, la plus ancienne datant du VIIe siècle. Au début du Moyen Âge, une armure complète n'était composée que d'un casque, d'une cotte de mailles, et d'un bouclier. Au XVe siècle, une armure plus complète et plus solide, constituée de plaques de métal est apparue sur les champs de bataille de la Guerre de Cent Ans.

L'une des pièces phare de la collection du château de Belcastel est une reproduction de l'armure de parade du roi de France Henri II : l'une des armures les plus sophistiquées de l'Histoire. La création de l'armure originale a vraisemblablement nécessité une dizaine d'années. Sont représentées sur cette armure des scènes très finement sculptées de la guerre civile romaine de 49 - 44 avant JC ainsi que de nombreuses créatures fantastiques issues des grotesques antiques.

La salle bleue présente deux chevaux montés par des chevaliers en armes afin de rendre hommage à l'un des ancêtres des Seigneurs de Belcastel, Guillaume de Saunhac. Le heaume porté par le Chevalier Noir est issu de la collection du château de Warwick. Celui du Croisé et Grand Maître fut crée par Samuel Pratt, célèbre forgeron de l'époque victorienne. Des années furent nécessaires à la réalisation de cette fidèle reconstitution grandeur nature, réunissant cotte de mailles, armes, boucliers, parures pour les chevaux et habillement typique de l'époque templière.

Le descendant de Guillaume de Saunhac, Guillaume II de Saunhac (né vers 1350) était Baron de Belcastel et le père d'Alzias de Saunhac, dont le gisant se trouve dans l'église du village.

Intérieur du Château de Belcastel Aveyron

Partager cet article

Commenter cet article