Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Légende: Il ne faut pas abuser des meilleures choses

31 Octobre 2017 , Rédigé par Gite aveyron l'oustal de saint juéry Publié dans #CONTES et LEGENDES

Il ne faut pas abuser des meilleures choses.

 

"Saint Michel est, avec saint Gabriel et saint Raphaël, un des trois archanges qui dans l'Ecriture apparait comme un prince des hiérarchies célestes, protégeant le peuple élu et consommant la défaite des puissances infernales"

C'est l'archange protecteur chargé de guider les âmes ici-bas (...) et de les conduire à la lumière éternelle. En Gaule, on le voyait même évincer, ça et là, Mercure sur les hauts lieux. Plusieurs chartes du Moyen Age attestent l'existence dans une grotte des environs d'une très ancienne chapelle, oratoire aujourd'hui disparu, dédiée à l'archange.

Mais, comme va nous le monter la légende suivante, il ne faut pas abuser de ses secours.

 

Un berger, gardant son troupeau sur le sommet du roc, s'approcha un peu trop du bord et laissa tomber sa miche de pain dans le vide. Pour rattraper son casse-croûte, le pâtre eut un geste instinctif et cette imprudence lui fit perdre l'équilibre. Dans un péril extrême, le malheureux n'eut que le temps d'évoquer le patron de la montagne. Sa pilleuse confiance lui sauva la vie. Au passage devant la grotte, saint Michel l'agrippa et le rétablit sur ses pieds, sain et sauf. Le pâtre raconta l'aventure aux autres bergers qui refusèrent de croire un récit aussi extravagant. Pour les persuader de la véracité de ses dires, le héros de cette étrange aventure se prétendit capable de renouveler l'exploit. Sitôt dit, sitôt fait. Le pâtre se jeta de nouveau dans le vide. Mais, oublieux d'appeler saint Michel à la rescousse ou trop exigeant envers les instances divines, le malheureux, cette fois, s'écrasa au pied de la falaise.

 

Moralité : celui qui trouvera de quelle grotte il s'agit aura droit à un essai...

 

La caverne est connue comme "grotte des fées", ce qui orienterait plutôt vers les cultes gaulois Deux barres de bois, vestiges de l'ancienne charpente que l'on voyait naguère encore au-dessus de la grotte, avaient été placées là par ces êtres surnaturels qui y suspendaient leur linge pour le faire sécher.

 

Mais en plus de ces préoccupations domestiques d'invention récente, les fées auraient eu des soucis plus étranges.

 

Elles cueillaient, dit-on, certaines herbes pour en fabriquer des décoctions médicinales et guérir de la sorte ceux qui s'en remettaient à leurs soins. Exactement comme devaient le faire les druidesses.

Lire la suite