Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sarlat - Capitale du Périgord noir - Une Cité Episcopale

2 Mars 2014 , Rédigé par Gite l'oustal de saint juéry Publié dans #LA DORDOGNE

LA CLEF DE VOÛTE. Reconnue comme la capitale du Périgord noir, la ville de Sarlat est un site touristique majeur, renommé pour sa parure monumentale datant essentiellement de la période médiévale et du début de la Renaissance (du XIIIe au XVIe siècle). Son centre-ville, d'une grande homogénéité avec ses maisons de pierre aux éclats dorés, est composé d'un lacis de ruelles et de venelles pittoresques, de placettes ombragées, bordées de façades à colombage et d'hôtels particuliers aux toits de lauze. Centre névralgique de la ville, la place de la Liberté, bordée de terrasses, est le siège du marché, où se vendent les spécialités de la région. Dans son prolongement, s'ouvrent en perspective la cathédrale Saint-Sacerdos et le palais des évêques, qui rappellent que Sarlat a été cité épiscopale pendant plusieurs siècles.

Sarlat est une cité médiévale qui s'est développée autour d'une grande abbaye bénédictine d'origine carolingienne. Seigneurie monastique, elle atteint son apogée au XIIIe siècle. L'abbaye carolingienne de Sarlat est placée sous la protection par l'empereur Charles le Gros, en 886 puis en 1153 sous la protection directe du Saint-Siège à Rome. En 1317, l'abbaye est le siège du nouvel évêché créé par le pape Jean XXII. L'église abbatiale devient la cathédrale du diocèse de Sarlat. Les évêques, remplaçant les abbés, commencent alors la transformation architecturale de l'abbaye qui est achevée seulement à la fin du XVIIe siècle lorsque le clocher fut coiffé d'une flèche baroque à bulbe et lanternon. Toutefois, de l'abbaye romane demeurent encore le clocher-porche, la lanterne des morts, et la chapelle Saint-Benoît. Ces vestiges importants sont tous concentrés dans l'ancien enclos monastique encore visible dans le tissu urbain grâce aux espaces des cours.

En empruntant le passage des Enfeus qui longe la cathédrale et son chevet (refait au XVe siècle), on accède à l'ancien cimetière (XIIe siècle), aujourd'hui devenu lieu de promenade. Outre les pierres tombales sculptées, on peut y admirer un étrange monument assez rare en France : la Lanterne des morts, aussi appelée Tour Saint-Bernard. La construction de la lanterne doit remonter au XIIe siècle. L'origine et l'usage de ce bâtiment sont incertains. Il dispose également d'une architecture inhabituelle mais sa situation au milieu d'un cimetière laisse présager une utilisation pour l'accompagnement des morts dans leur dernière demeure. Au crépuscule, on hissait avec un système de poulies, dans le pavillon supérieur ajouré de trois ouvertures, une lampe allumée pour servir de guide aux défunts.

La Cathédrale de Saint-Sacerdos se remarque de loin grâce à son clocher, que l'on aperçoit au dessus des toits. L'aspect extérieur de la tour-porche est remanié à plusieurs reprises au fil du temps. Le portail fut reconstruit en 1706 dans le style classique, remplaçant un grand portail roman. Les statues qui le surmontent sont médiévales, mais de provenance et datation imprécises. À la droite de la cathédrale, le palais épiscopal a été construit au XVe siècle et remanié au XVIIe siècle. Il présente trois niveaux de fenêtres à meneaux du XVe et début du XVIe siècle. Il servait à accueillir les assemblées du clergé du diosèse de Sarlat. Après la Révolution Française, le palais devient successivement la mairie, le tribunal puis un théâtre au début du XXe siècle. Il accueille maintenant des expositions.

À l'intérieur de la cathédrale, le chœur pentagonal bâti entre 1505 et 1519 est magnifiquement éclairé grâce à ses hautes baies à lancettes. Il est lui-même greffé sur le chevet cruciforme qui avait été l'amorce de la transformation de l'abbatiale en cathédrale à la fin du XVe siècle. La nef, constituée d'un large vaisseau central et de deux collatéraux de quatre travées ne fut bâtie qu'en 1685, après un siècle et demi d'interruption de travaux. Son ampleur est accentuée par les chapelles latérales où se trouvent un beau mobilier liturgique ainsi que des retables qui, réalisés entre 1685 et 1715, portent l'empreinte de la sensibilité religieuse de l'époque et la marque des grands ateliers proches de Gourdon et de Tulle. Beaucoup proviennent de l'ancienne église Sainte-Marie et des chapelles des Pénitents.

Il aura fallu trois siècles et demi et d'innombrables rebondissements pour que l'évêché parvienne à transformer l'église romane en cathédrale gothique. Elle est achevée en 1685 sous l'épiscopat de François II de Salignac de la Mothe de Fénélon. Une cathédrale composée de plusieurs styles architecturaux donc, mais qui n'en garde pas moins sont unicité dans sa fonction et sa grandeur.

Sarlat - Capitale du Périgord noir - Une Cité Episcopale

Partager cet article

Commenter cet article

gite lot 20/03/2014 10:40

Bonjour bonjour,
Les beaux jours arrivent et comme je travaille beaucoup, ma femme et mes enfants commencent à peu à saturer à force de rentrer pour 22h tous les soirs. Je me suis donc dit qu’il fallait que je fasse un break, raison pour laquelle je me permets de poster un commentaire en espérant qu’un visiteur puisse me conseiller. J’habite dans le Périgord et je suis à la recherche d’une maison d’hôte ou d’un gite sympa pour y passer 4 jours. Cela nous permettra à tous de souffler un peu en dehors de notre maison.
Merci pour le coup de pouce.

Florence 02/03/2014 19:42

Je confirme Sarlat est un vrai p'tit bijou et je ne m'en lasse pas ... Il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir !