Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Millau : Où pêcher dans le Sud Aveyron

27 Avril 2014 , Rédigé par Gite l'oustal de saint juéry Publié dans #PECHE EN AVEYRON

29/08/2013, 15 h 37 | Mis à jour le 29/08/2013, 16 h 02 Midi Libre
Les amateurs, confirmés ou non, trouveront un terrain de jeu vaste et varié.
Les amateurs, confirmés ou non, trouveront un terrain de jeu vaste et varié. (© D.R)

Midi Libre a sorti ses bottes et son treillis afin de dénicher les meilleurs coins de pêche du sud du département. Poissons, techniques, lieux, voici un tour d’horizon pour savoir où déplier ses gaules.

1 - La truite arc-en-ciel garnit Tarn, Rance et Dourdou

Dans un département gorgé par ses innombrables rivières et cours d’eau, la truite est l’un des poissons phares. Très recherchée par les pêcheurs pour sa combativité, elle peut atteindre 10 à 15 kg. Où dénicher les sites poissonneux ? Inévitablement tout le long du Tarn. Allez également déplier vos lignes sur le Dourdou, entre Broquiès et Saint-Affrique, puis plus au sud, jusque dans le Rougier, à Camarès.Pour finir, explorez le Rance, de son confluent avec le Tarn jusqu’à Saint-Sernin.

La pêche de la truite arc-en-ciel est autorisée toute l’année dans lescours d’eau de 2e catégorie. Privilégier la pêche dite “au toc”, dans les courants, avec des appâts naturels : des insectes terrestres (sauterelles, grillons, mouches, escargots) ou aquatiques (larves de trichoptères, larves d’éphémères). Peu de chance alors de rentrer bredouille.

2 - Destination la Dourbie pour la truite fario

La truite fario se prend dans les cours d’eau de 1re catégorie, dont la pêche est ouverte jusqu’au 15 septembre. Le salmonidé, qui peut varier entre 25 et 40 cm de longueur, mord à la mouche. C’est une pêche sportive, qui nécessite généralement de l’expérience, une bonne condition physique et une certaine patience. Pour s’y adonner, destination la Dourbie, entre Millau et Nant (village où deux parcours no kill - poisson capturé puis relâché - sont proposés). Un fleuron piscicole du Sud-Aveyron. Les coups du matin (entre 5 h 30 et 10 h) et du soir (de 20 h à 21 h 30) peuvent se révéler intéressants.

Du côté du Tarn, la rivière offre des coins dégagés de Millau au Rozier, à condition de fuir les baigneurs. On vous conseille aussi de sortir vos cannes du côté de Brusque, sur le Dourdou. La Sorgue, depuis Cornus, en passant par Fondamente, pour remonter sur Saint-Affrique, est aussi une rivière prisée des puristes. De même que le Cernon, de Sainte-Eulalie jusqu’à Saint-Rome. Vous trouverez des zones de truite sauvage, où les poissons se développent naturellement.

3 - Brèmes et ablettes au barrage de la Jourdanie

S’il existe un paradis des pêcheurs en Sud-Aveyron, il faut aller le chercher au niveau du barrage de la Jourdanie, près du Truel. Sur la retenue d’eau du Tarn, depuis Ayssènes jusqu’à Brousse-le-Château, les postes de pêche sont nombreux. L’endroit idéal pour se faire plaisir sur les brèmes, ou pour réaliser de mémorables prises d’ablettes (aux asticots et aux vers). La bourriche se remplit avec une simple canne ! En famille, c’est le lieu pour pêcher quelques heures et consacrer le reste de la journée au repos et à la promenade. Par ailleurs, la route longe la rivière et le transport du matériel ne pose aucun problème.

4 - Sur le Dourdou, le barbeau se pêche au posé

Sur le Dourdou, principalement de Montlaur à Saint-Izaire, de beaux coins de pêche permettent aux puristes avertis de s’exercer à la pêche dite au posé (via un repose-canne), et notamment au quiver-tip. Cette technique de pêche en plombée est très efficace pour capturer de gros cyprinidés en eau calme comme en eau vive. On utilise un amorçoir (feeder) qui permet d’attirer les poissons.

L’idée est de positionner la canne parallèlement à la berge. Le scion doit être légèrement plié, et la ligne tendue. Lorsque le scion tremble de façon répétée, c’est que le poisson a saisi l’appât. Cette méthode s’adresse notamment au barbeau, poisson souvent peu recherché par les pêcheurs locaux. Sur les lacs du Tarn, le Rance et la Sorgue, il existe aussi des secteurs intéressants.

5 - Pêcher la carpe dans les Raspes et sur le Dourdou

Les carpistes en raffolent. Rien de tel que les gros trous d’eau (2 à 3 mètres de profondeur) éparpillés sur le Dourdou, de Savignac à Saint-Izaire en passant par le Viala-du-Dourdou. Sur le Tarn, au niveau des plans d’eau du Truel et du Pinet (deux parcours de pêche de nuit, se renseigner), en plein cœur des Raspes, les zones profondes sont des lieux privilégiés pour ferrer la carpe. Recherchez les eaux calmes avec obstacles (racines, morceaux de bois, tas de branches). Une barque est un argument de taille pour dénicher ce poisson omnivore.

On le pêche au maïs et à la bouillette, un appât qui a révolutionné la pêche à la carpe. Aujourd’hui, il existe de très nombreuses marques de bouillettes. Mais attention : leurs prix aussi sont très variables.

6 - Direction Pareloup pour les carnassiers

Le lac de Pareloup (1 239 hectares, 130 km de berges) est propice à la pêche aux carnassiers. L’utilisation d’un bateau (locations possibles) avec sondeur est conseillée, car la localisation de ces prédateurs diffère selon les saisons et la météo. Il faut les traquer. Le lac du Salagou(Hérault) offre également de beaux coins de pêche avec, là aussi, des poissons très éparpillés.

Le “must” pour parvenir à ses fins est d’utiliser le leurre de surface. La stratégie fonctionne sur les brochets (leurres spinnerbait, jigs et gros leurres souples), les sandres depuis les plages (leurres souple et moyen) et les perches (leurre souple et “dandine” à l’aplomb du bateau). Pour ce qui est du vif, la technique reste une valeur sûre, idéale pour la pêche au gros, notamment le brochet. Au bout de votre ligne, préférez un goujon, un gardon ou un chevesne, allant de 10 à 25 cm. Parfait du lever du jour à la tombée de la nuit.

 

Partager cet article

Commenter cet article