Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Coustoubi et le vin d'Entraygues et du Fel

14 Mai 2015 , Rédigé par Gite l'oustal de saint juéry Publié dans #PATRIMOINE CULINAIRE DE L'AVEYRON

 

Le « Coustoubi » : habitant des coteaux à vin. Il était maraîcher, et vivait de la vente de fruit, de légume et de vin. Avec une carriole, appelée « jardinière » et un mulet, il partait vendre sur la montagne (à Laguiole,Nasbinals…).

Le vin dans le temps servait de monnaie d’échange avec le fromage de la montagne, donnant lieu à des joutes oratoires entre le « Mountagnol » et le « Coustoubi ».

Autrefois une grande partie de la commune de Campouriez était plantée en vigne. Il n’y avait que très peu de terre en friche.

Chaque famille possédait sur les coteaux une ou plusieurs vignes, qui étaient avec les cultures maraîchères un de leur principal rapport.

Déjà du vin de bonne qualité.

Comme le consigne F.Henry Richepeyre en 1780 dans son rapport : «  les vignes sont situées sur le midi et le long de ruisseaux, les meilleures sont celles de la communauté de Campouriez… Le vin est de bonne qualité et le transport est facile parce que les chemins sont dans cette partie passablement beaux ».

 

 

Le vignoble d’Entraygues et du Fel fut connu autrefois par ces vins trouvés, produit dans un site lunaire, à terre rare. Ces vins furent sans doute les plus grands vins aveyronnais. Mais Entraygues et le Fel eurent d’autres privilèges : celui d’être la barrière la plus septentrionale du vignoble rouergat, Entraygues était aussi l’ultime étape de la voie navigable qu’était le Lot.

Les Gabarriers descendaient les barriques de vin vers la Basse Guyenne. 
Ainsi, grâce au commerce fluvial prospère, tous les cépages du sud-ouest furent implantés dans la région d'Entraygues. Les ingénieurs viticoles qui vinrent dans la Vallée du Lot furent stupéfaits de rencontrer un pareil musée vivant, car bon nombre de cépages qu'ils purent observer n'existaient nulle part ailleurs. Il fut relativement facile de remettre à l'honneur les anciens cépages pour la production de vins typés. 

A Entraygues, sur des terres de barènes formées de sable issu de la décomposition du granit, s’était implanté un vignoble spécialisé sur les vins blancs à base de Chenin, le grand cépage de la Vallée de la Loire. Mais le Chenin d'Entraygues a évolué au cours des siècles, jusqu'à former une sous-variété différente du Chenin d'Anjou et très intéressante par sa précocité et la qualité de ses raisins. Le classement des vins d'Entraygues en V.D.Q.S. (Vins Délimités de Qualité Supérieure) date de 1963. 
Une bonne partie de la commune de Campouriez est comprise dans l'appellation "Vins d'Entraygues-Le Fel". De tous ces vignobles, il ne subsiste que quelques parcelles entretenues par des vignerons (le plus souvent âgés), pour leur consommation personnelle. 


Le phylloxera, en 1880, l'exode rural, les guerres et l'arrivée des vins du midi eurent pour conséquence l'abandon de ces "coultadas" (terrasses) bordées de murettes qui sont envahies par les ronces.".
Le vignoble de la Vaysse sur la commune de Campouriez 
En 1870, RICHEPREY cite La Vaysse comme domaine viticole en Viadène. 
En 1992, sur ces anciens coteaux surplombant la Truyère, Mrs Avallon ont planté de nouveaux ceps sur l'ancienne propriété MOISSET à La Vaysse. Des terrasses ont été aménagées au bulldozer et à la pelle mécanique, ceci pour faciliter la culture, obtenir un meilleur ensoleillement, et diminuer les risques d'érosion. La plantation est de 4500 ceps.

 

Partager cet article

Commenter cet article