Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visite de Rodez Préfecture de l'Aveyron

25 Janvier 2013 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #A LA DECOUVERTE DE L' AVEYRON

 

81castres81castres·

Mise en ligne le 23 août 2011

 

Rodez est une commune française du sud-ouest située dans le midi de la France, au nord-est de Toulouse. Elle est la préfecture du département de l'Aveyron en Midi-Pyrénées, ancienne capitale du Rouergue2 et siège de l'Archevêché
Rodez a été successivement occupée par les Wisigoths, les Francs, les armées des ducs d'Aquitaine et des comtes de Toulouse, ainsi que par les Maures, qui l'investirent en 725 et mirent à bas l'église antique. Quelques années plus tard, ce seront les Anglais qui l'investiront lors de la guerre de Cent Ans. L'Histoire de la ville resta marquée durant longtemps par une intense rivalité entre les comtes de Rodez, maîtres du Bourg, et les évêques de Rodez, maîtres de la Cité. Une muraille délimitait les deux secteurs. Chaque communauté avait un hôtel de ville, ses consuls, une administration propre ; chacune rivalisant de puissance, de rayonnement. Au bourg, la célèbre dynastie des comtes d'Armagnac et de Rodez, finit par acquérir des privilèges régaliens : battre monnaie à la tour Martelenque, porter la couronne comtale et persister à reconnaître un temps l'antipape Benoit XIII et ses héritiers Bernard Garnier et Jean Carrier. Cela amena inévitablement l'affrontement avec le roi de France en 1443. Le Dauphin, futur Louis XI, vint occuper Rodez et soumettre le comte Jean IV. Plus tard son fils aura une idée séditieuse en essayant de trahir Louis XI. Cela lui vaudra d'être massacré à Lectoure, avec sa famille, lors de sa fuite.

Au début du XVIe siècle, Rodez fut marquée par l'évêque François d'Estaing (issu d'une des plus célèbres familles du Rouergue). Il termina les travaux de construction de la cathédrale Notre-Dame de Rodez. Lui ajoutant ce chef-d'œuvre architectural qu'est le clocher, culminant à 87 mètres, surmonté d'une Vierge. Les travaux furent achevés en quinze années de 1510 à 1526 et ce malgré la peste qui ravageait la ville..

Cette rivalité entre les deux pouvoirs a quelque peu desservi le développement de la cité ruthénoise. Malgré les témoignages que sont ses nombreux chefs-d'œuvre gothiques réalisés du XIIIe au XVIe siècle, la ville n'a pas vraiment connu de longues périodes de prospérité. En 1589, Henri IV, comte de Rodez, attache la destinée du comté de Rodez à la Couronne. L'histoire de Rodez se calque alors sur celle de la France. Au long des XVIIe et XVIIIe siècles, Rodez devient une cité marchande prospère.
La première pierre de la cathédrale actuelle fut posée en 1277 par l'évêque Raymond de Calmont d'Olt. Cependant, la guerre de Cent Ans, puis les épidémies et notamment la peste noire de 1348 ainsi que diverses querelles au sein du diocèse provoquèrent une longue interruption de ce monumental chantier.


L'intérieur de la cathédrale
À la fin du XIVe siècle, un clocher purement défensif fut érigé, couronné d'une flèche de bois. Au XVe siècle, les travaux furent repris de plus belle avec l'achèvement du chœur et de sa voûte, puis le lancement de la construction du transept et des premières travées de la nef.

Pour l'accomplissement de ces travaux, les plus grands artistes de l'époque furent sollicités dont le sculpteur bourguignon Jacques Morel. Ceci explique l'origine de ce nouveau style médiéval qualifié de flamboyant à Rodez.

Au XVIe siècle, François d'Estaing et Georges d'Armagnac donnèrent un nouvel élan à la construction de la cathédrale. Après l'incendie du clocher en 1510, sa reconstruction telle qu'elle existe aujourd'hui, fut entreprise par une centaine de tailleurs de pierre, sous la direction d'Antoine Salvan de 1513 à 1526. L'achèvement du clocher et de la cathédrale intervinrent vers 1531
Longueur : 102 m
Largeur : 37 m
Hauteur de la nef : 30 m
Hauteur du clocher : 87 m
L'église Saint-Amans a été construite au XIIe siècle, sur la sépulture de l'évêque Saint-Amans, qui aurait été le premier évêque de Rodez. L'église de l'époque fut détruite en partie au milieu du XVIIIe siècle. Elle fut reconstruite de 1758 à 1761 avec des matériaux récupérés de l'ancien édifice. Le style baroque domine à l'extérieur, tandis que l'intérieur a conservé son architecture romane. Des tapisseries du VIe siècle décorent le chœur de l'église. Elles représentent les miracles de Saint-Amans.

Partager cet article

Commenter cet article