Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vins les Côtes de Millau

16 Octobre 2012 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #PATRIMOINE CULINAIRE DE L'AVEYRON

Publié le 01/08/2011 08:17

Ajouter un commentaire

Vins des Côtes de Millau : une AOC pour récompense

viticulture

Les producteurs ont travaillé dur pour décroché leur AOC./Photos DDM, Céline Grousset - Tous droits réservés. Copie interdite.
Les producteurs ont travaillé dur pour décroché leur AOC./Photos DDM, Céline Grousset ()

Les producteurs ont travaillé dur pour décroché leur AOC./Photos DDM, Céline Grousset  

Après un long travail, le syndicat de défense des vins des Côtes de Millau peut se targuer d'avoir obtenu gain de cause : une inscription d'appellation d'origine contrôlée qui ne reste qu'à publier au JO.

Il aura fallu 17 années pour que le vin des Côtes de Millau entre dans la cour des grands. Dix-sept années au cours desquelles il a appris à vieillir et à se bonifier, donc à renaître sous l'impulsion de quelques passionnés avisés et clairvoyants, et ainsi passer de l'ombre des VDQS (vin délimité de qualité supérieure) à la lumière d'une AOC (appellation d'origine contrôlée), mondialement reconnue.

« Le parcours aura été relativement rapide », consent Alain Montrozier, l'un des principaux artisans de ce spectaculaire redressement. « Cette AOC va redonner de l'espoir à ces gens de la vallée qui ont adhéré à un projet avant tout humain, porté par des valeurs profondément enracinées dans cette terre qui participe à nous délivrer ce qu'elle a de meilleur. Mais elle n'est pas une fin en soi, si ce n'est un encouragement à accéder à des paliers supérieurs, à encourager les jeunes à se lancer dans l'aventure. »

Si l'obtention officielle de cette AOC reste suspendue à sa publication au JO, « qui devrait être rapide », admet Jean-Louis Portalier, président du syndicat de défense des vins des Côtes de Millau, elle est désormais conditionnée par le respect de règles très précises.

« L'AOC concerne une zone géographique couvrant 1 200 hectares répartis sur 17 communes, de Peyreleau à Broquiès. Elle est le résultat d'un travail acharné et de discussions âprement menées avec l'INAO (institut national de l'origine et de la qualité) depuis 6 ans, défendus virgule après virgule. Mais nous sommes arrivés à un accord conforme à la réalité du terrain et au respect de notre identité », précise Jean-Louis Portalier, avec une légitime satisfaction.

Le rosé, un effet de mode appréciable

Si les couleurs rouge et blanc ont les faveurs des fins connaisseurs, hors frontières, notamment aux États-Unis, chacun, à la cave coopérative d'Aguessac, a conscience de l'attrait des vins rosés qui jouissent d'un indéniable effet de mode

« Notre percée aux États-Unis est spectaculaire depuis trois années. De 3 000 bouteilles écoulées la première année, nous sommes passés à 10 000 en ayant pour objectif d'en vendre 30 000, voire plus si on peut proposer les trois couleurs, grâce à l'obtention de cette AOC qui nous ouvre grand les portes de ce continent. Ce serait un sympathique clin d'œil à notre histoire puisque fin XIXe siècle, après les épisodes du phylloxéra et de la guerre qui ont mis un terme aux échanges commerciaux, le vin de Millau était déjà exporté à New-York. Et fort apprécié », sourit Alain Montrozier.

Aujourd'hui, tout le monde se félicite de cette victoire mais parce-que dans cette vallée du Tarn, « le surplace n'intéresse personne », les projets continuent à mûrir. À l'instar de ce comptoir paysan qui dévoilera ses multiples atouts, dès le 1er juin 2012 (lire ci-dessous).


initiative

Un comptoir, des synergies

Né de l'imagination d'Alain Montrozier, le comptoir paysan est totalement en adéquation avec cet état d'esprit qui permet de privilégier le travail des hommes.

« Tout s'industrialise et nous ne pouvons lutter sans moyens financiers conséquents, sur des entreprises à taille humaine et sur de petites parcelles, raconte Alain Montrozier. À nous d'anticiper, d'innover pour apporter autre chose, rétablir un nécessaire climat de confiance, entre producteurs et consommateurs. L'idée consiste à promouvoir un pays, ses produits, ses hommes, son histoire. Mais à travers toute la filière alimentaire, de l'agriculteur au restaurateur. Ce comptoir paysan sera un outil de promotion, une façon de faire du tourisme autrement en amalgamant les compétences, les partenariats et les synergies qui sont multiples mais inexploitées. Il résulte de la volonté de deux structures, fruitières et viticoles, désireuses de se rapprocher pour gagner en lisibilité et en rationalité. Mais on voulait ouvrir aussi la porte à tous les agriculteurs d'un même pays, en impliquant également les distributeurs. Et le concept a séduit des gens qui souhaitent avant tout travailler en confiance. On s'est nourri de l'expérience d'autres régions et notre curiosité nous permettra de proposer un magasin de producteurs qui s'adressera aux consommateurs en leur offrant des produits conjuguant qualité et respect des prix. »

Un concept particulièrement séduisant mais une petite révolution dans cette vallée qui va réunir dans ses murs des paysans engagés sur des productions différentes. Un projet très ambitieux porté par la communauté de communes Millau Grands Causses.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Commenter cet article

tridon 20/10/2012 09:58


boire un petit coup c est agreable et a la tienne etienne