Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Village et Forteresse de Penne d'Albigeois

4 Avril 2013 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #LE TARN

laclefdevoute

 

LA CLEF DE VOÛTE. Après plus de 450 ans d'abandon (démantelée en 1586), la forteresse royal de Penne, nous parvient encore aujourd'hui érigée au sommet de son roc, surplombant les Gorges de l'Aveyron et défiant les lois de l'équilibre. En plein coeur de la forêt de Grésigne, la forteresse de Penne d'Albigeois veille toujours sur son bourg authentique accroché aux flanc de son éperon rocheux.

Une légende voudrait que le château de Penne ait été construit par Frédégonde, épouse du roi de Neustrie (vers 545 - 597); et le village voisin de Bruniquel par sa rivale Brunehaut, épouse de Sigebert, roi d'Austrasie. Ces deux reines intelligentes mais cruelles se livrèrent une lutte terrible qui se termina par la fin tragique de Brunehaut. Suppliciée à 80 ans, elle mourut attaché par les cheveux à la queue d'un cheval sauvage.

La cité médiévale telle qu'on peut l'imaginer aujourd'hui, s'édifie peu à peu à partir du Xe siècle pour former un CASTELNAU (village médiéval fondée à proximité d'un château qui en assure la protection). Il semblerait que les seigneurs de Penne soient originaires du Castelviel d'Albi. D'abord vasseaux des vicomtes de Béziers, ils se placèrent sous la bannière toulousaine au cours du XIIe siècle. Au XIIIe siècle fut construite l'église actuelle, orientée à l'est et intégrée à l'enceinte fortifié du village, l'abside dominant le fossé. Lors de la croisade contre les cathares, les seigneurs de Penne tinrent tête à Simon de Montfort et repoussèrent d'innombrables assauts.

A la mort de Raymond VII, le dernier des comtes de Toulouse, Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis s'empressa de récupérer le château, proposant à ses co-seigneurs un échange de terrains et de droits. Le premier château fut donc reconstruit vers 1250. La porte d'entrée précédée d'une cour est la partie la mieux conservée. Flanquée d'une tour à éperon qui facilitait les ricochets des projectiles et d'une tour ronde avec meurtrières et corps de garde au rez-de-chaussée. A l'extrémité opposée se trouve la Chapelle Sainte Marquerite, partie surplombant le village que l'on voit depuis les étroites ruelles.

En 1568, lors des guerres de religion, l'armée protestante du baron Philippe de Rabastens investit Penne, cité catholique. Blaise de Montluc, à la tête de l'armée royale et des catholiques, reprend la ville et 700 protestants y sont massacrés, y compris les femmes qui avaient défendu la ville. La cité fut envahie de nouveau par les protestants en 1586, qui laissèrent le château et le village à l'état de ruine. L'église fut en partie détruite. Les habitants furent autorisés à reconstruire leurs demeures avec les pierres du château.

Au XVIIe siècle, une fois la paix religieuse revenue, l'église fortifiée Sainte Catherine est restaurée dans le style gothique occitan. Une porte est alors ouverte dans le chevet qui fut transféré à l'autre extrémité de l'édifice, l'église est retournée (orientée à l'ouest). Ceci pour permettre l'accès à l'église par la nouvelle place formée lors du comblement du fossé qui longeait l'enceinte. Le socle de la croix est un réemploi d'un chapiteau gothique venant du château. Plus loin, il y a une a une autre croix du XVIIe siècle sur laquelle on peut lire "A PESTE LIBERA NOS DOMINE" (de la peste libère nous Seigneur).

En 1732, le château fut acheté par le vicomte de Bruniquel. Fleuron de l'histoire et de l'architecture occitane, chef d'oeuvre de construction médiévale militaire, le château de Penne est classé Monument Historique en 1902. Il est aujourd'hui propriété privée.

Partager cet article

Commenter cet article