Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Remonter le temps au château de Montaigut

20 Avril 2014 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #HISTOIRE EN AVEYRON

montaigu 

 
(Photo archives FRANÇOIS CÉLIÉ)
Ce monument, tombé en ruines en 1960, doit sa restauration à Michel Simonin et aux Amis du château de Montaigut.
 

Il est des endroits particuliers, presque magiques. Où l’on est envahi par l’esprit et la force des lieux dès que l’on y pénètre. C’est le cas du château de Montaigut, situé à quatre kilomètres de Montlaur mais appartenant à la commune de Gissac.

 

Cette fière bâtisse féodale a été bâtie au Xe siècle - ce qui en fait l’un des plus vieux châteaux du Rouergue - sur un éperon rocheux isolé, dominant le Rougier de Camarès et tout le pays Saint-Affricain. Cela lui conférait jadis un rôle de sentinelle et offre aujourd’hui aux visiteurs un panorama incroyable sur le Sud-Aveyron, le Lévézou, les Monts de Lacaune et même les Pyrénées.

Mais si ce lieu est si particulier, c’est bien parce que ses pierres sont imprégnées de son histoire. Ancienne et récente. Les salles voûtées, la cuisine, la salle de garde avec des cellules de prison, la chambre de la princesse, les sépultures récemment découvertes et mises en lumière replongent le visiteur dans le quotidien de la vie du Moyen-Âge.

Si l’on peut remonter le temps de la sorte, c’est grâce à un homme - Michel Simonin - et à une association - les Amis du château de Montaigut - qui ont restauré entièrement l’édifice. Car la bâtisse, à l’abandon, avait subi les outrages du temps jusqu’à tomber en ruines dans les années 1960. Michel Simonin, professeur de physique de son état, a découvert Montaigut il y a quarante ans et n’a pas quitté les lieux dont il a remonté les murs pierre après pierre, avec l’aide de chantier de bénévoles de l’association Remparts. Le chantier était énorme, le résultat est remarquable.

 

Amoureux du patrimoine, l’homme a ensuite fondé une antenne de Remparts à Montaigut. Par le biais de chantiers de réinsertion professionnelle, elle a restauré - et continue de restaurer - une multitude de sites dans le département : le château de Peyrelade, la chapelle de Gozon, la tour du Viala-du-Pas-de-Jaux, etc.

 

Aujourd’hui, le château du Rougier, qui attire entre 40 000 et 50 000 visiteurs chaque année, est devenu un véritable centre d’animation culturelle : outre des visites guidées animées et adaptées à tous les âges, ou encore imaginées pour les scolaires, il accueille, depuis plus de vingt ans, un festival de théâtre, chaque été au mois d’août, dans la cour d’honneur. Et là aussi, la magie opère.

 

(extrait midi libre DAMIEN SOLASSOL 01/08/2011)

 

Partager cet article

Commenter cet article