Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que l'Occitanie est belle quand Nadau la chante

20 Octobre 2012 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #OCCITANIE et musique

Publié le 20/07/2012 09:15

 

La Dépêche

Une rencontre

Michel Maffrand, alias «Joan de Nadau», chanteur-conteur et véritable icône du groupe : «J'ai commencé à être heureux le jour où j'ai accepté ce que je suis et ce que sont les miens, assumant mon identité occitane.» / Photo DDM Jean-Paul Couffin. ()

Michel Maffrand, alias «Joan de Nadau», chanteur-conteur et véritable icône du groupe : «J'ai commencé à être heureux le jour où j'ai accepté ce que je suis et ce que sont les miens, assumant mon identité occitane.» / Photo DDM Jean-Paul Couffin.  

C'est un pays qui a essayé de s'unifier, sans parvenir jamais à se constituer en entité. Un grand isthme coincé entre la péninsule ibérique et le reste de l'Europe, dont l'un des monuments les plus emblématiques est un groupe de musique. Depuis 38 ans, Nadau chante l'Occitanie.

«Beaucoup d'artistes font rêver les gens avec ce qu'ils ne sont pas. Nous, c'est l'inverse, on fait effet miroir. Nos chansons sont des photographies musicales de la réalité des gens d'ici», souligne Joan de Nadau. Chanteur-conteur-icône du groupe depuis ses débuts en 1973, il fait office d'ambassadeur d'identité dans son propre pays. C'est parce qu'il a trouvé la sienne en chantant celle de nos anciens, qu'il bouleverse et réveille la nôtre. «L'école républicaine a fait du mal. Il fallait accrocher son identité occitane au porte-manteau avant d'entrer. On y disait que le «patois» ne servait qu'à parler aux vaches… A 25 ans, j'ai entendu Claude Marti chanter comme ma grand-mère parlait et dire des choses très profondes. J'ai tiré le fil du tricot, tout le tricot est venu, et ma vie a pris un sens.»

S'il a parfois eu le sentiment «d'essayer d'arrêter l'eau du ruisseau avec les doigts», le chanteur au béret salue «l'évolution. Les écoles bilingues, notamment. Les gens y croient de nouveau et veulent faire avancer le caillou que les anciens ont porté.» Mariages, anniversaires, sorties de messes, Nadau -trois Olympia au compteur- est devenu le son de référence des moments de grandes joies et peines, au fil des succès. «L'Encantada est reprise jusqu'en Allemagne. On ne sait jamais quelle vie aura une chanson.» En écrivant «De cap tà l'immortèla», Joan était ainsi loin de lui imaginer «un destin d'hymne». La récompense de cet engagement militant ? Avoir prolongé les racines et repousser les frontières. «Un jour, à la sortie d'un concert, un jeune homme m'a dit : «Merci pour ces deux heures que je viens de passer avec mon grand-père au Cameroun.» On est du pays de ceux qui nous ont aimés, mais l'universalité, c'est le local moins les murs.» Si l'Occitanie était une maison, Nadau en serait la façade et les fondations.

«Nos chansons sont des photos musicales des gens d'ici.»

Joan de Nadau, le chanteur


Partager cet article

Commenter cet article