Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le Marché Aveyronnais à Paris ce week-end

14 Octobre 2012 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #LES PAYSANS AVEYRONNAIS

Quand Paris accueille son marché aveyronnais

Publié le 14/10/2012 03:48  La dépêche

 
Brigitte Courty, présidente de la Laguiolaise (l'amicale de Laguiole) en compagnie de Lucien Conquet, patron de la Boucherie-Charcuterie de Laguiole, pose devant le panneau d'entrée de ville de Laguiole, confié par le maire à l'occasion du marché des Pays ()

Brigitte Courty, présidente de la Laguiolaise (l'amicale de Laguiole) en compagnie de Lucien Conquet, patron de la Boucherie-Charcuterie de Laguiole, pose devant le panneau d'entrée de ville de Laguiole, confié par le maire à l'occasion du marché des Pays

«Le chiffre 13 n'a pas porté chance côté météo», avoue Gérard Paloc, président de la Fédération nationale des amicales aveyronnaises (FNAA) qui organise ce week-end le 13e marché des Pays de l'Aveyron à Paris. Des averses qui n'ont cependant pas découragé les visiteurs venus découvrir la centaine de stands de produits «made in Aveyron. «Les gens viennent de toute façon, car les produits sont bons!», atteste Gérard Paloc.

Le marché, qui dure trois jours, a de quoi séduire avec son lot de charcuteries, fromages, pâtisseries et autres conserves de canard.

L'artisanat est aussi représenté, avec à l'honneur cette année, les couteaux Laguiole. L'incontournable aligot saucisse, servi par une vingtaine de bénévoles est la vedette du marché.

Il fait le bonheur d'un groupe de jeunes aveyronnais étudiant dans la capitale, qui le dégustent accompagné d'un verre de Marcillac.

La plupart des visiteurs sont des convaincus : Aveyronnais d'origine, «expatriés» à Paris, ils sont connaisseurs. D'autres ont découvert l'Aveyron en vacances et viennent retrouver les saveurs de là-bas. Le marché a sa notoriété : la publicité des restaurateurs auvergnats de Paris qui proposent toute l'année de nombreux produits aveyronnais en est pour beaucoup.

Un réseau qui est au centre du projet de la FNAA : «Si le marché est d'abord une histoire de cœur, le but est aussi de créer des passerelles économiques entre l'Aveyron et Paris», rappelle Gérard Paloc.

Cette année encore, grâce au bouche-à-oreille, le marché aura séduit de nouveaux venus, tel ce groupe d'espagnols vivants à Paris. L'Aveyron, ils ne connaissent pas vraiment, mais leur première réaction est enjouée : le charme d'un farçou, dégusté sur le pouce, vient d'opérer.

A.C.

Partager cet article

Commenter cet article