Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fête " Les Cornards" 2013 à Saint Rome de Tarn

7 Avril 2013 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #EVENEMENTS A PROXIMITE DU GITE

Saint-Rome-de-Tarn : Pas de pitié pour les Cornards !

VICTOR GUILLOTEAU
01/04/2013, 19 h 49 | Mis à jour le 02/04/2013, 11 h 08
Malgré la pluie, le jugement prévu à la salle des fêtes de Saint-Rome s’est déroulé dans le pré de Barre.
Malgré la pluie, le jugement prévu à la salle des fêtes de Saint-Rome s’est déroulé dans le pré de Barre. (Photo EVA TISSOT)

Hier, à Saint-Rome-de-Tarn, cinq "cornus" furent jugés par le tribunal des Cornards. Les bourreaux n'ont pas fait de cadeaux aux présumés coupables.

Le jugement fut sans appel pour les “cornus” présentés hier devant le tribunal de la Cornaillerie. Ces jeunes mariés et, par extension, les nouveaux arrivés à Saint-Rome-de-Tarn, ont eu beau essayer d’échapper à leur destin, ils n’ont pas réussi à tromper la vigilance des sans-culottes lancés à leur poursuite. Et parce que le crachin saint-romain ne leur suffisait pas, un saut dans le ruisseau est venu leur rafraîchir les idées !

Le rendez-vous ancestral, né au milieu du XVIIe siècle, n’a laissé aucune chance à ses coupables désignés, jetés en pâture aux bourreaux sous les huées de l’assistance. "Tout nouveau marié est un cocu en puissance", leur a rappelé Didier Fraysse, le président du tribunal, en préambule. Une assemblée qui se réunissait pour la 325e année, et certainement pas la dernière.

Le doute n'a pas profité aux accusés...

Réuni dans le pré de Barre comme à l’accoutumée, le tribunal des Cornards a condamné indistinctement les cinq prévenus de la charrette pascale. Grégory Muoio fut le premier à passer sur le grill, jeune marié "à une femme habituée des boîtes de nuit de Cornus". Concernant François Jean, c’est sa femme en personne, "bien connue du procureur", qui l’a amenée à ses bourreaux.

Et dire qu’il avait échappé au tribunal pendant 30 ans ! "Il y a prescription !" a plaidé le prévenu, finalement condamné à deux sauts “torpille”. Pour sa part, Bernard Auble, "évadé multirécidiviste dont les moustaches ressemblent aux cornes", a dû plaider coupable. "Ton épouse fait semblant de rester attachée à toi, lui a lancé le président. Elle fait même des prestations à domicile !"

Jo Vors avec les honneurs

De son côté, le pauvre Alain Flaszka fut "dénoncé par des voisins". Déjà surveillé par "des espions du cagibi", il a dû répondre de ses torts en raison d’une épouse aux activités "de plus en plus contestables à l’hôpital de Saint-Affrique". Enfin Emmanuel Pottier, accusé de "ne pas honorer suffisamment sa femme", a clos l’audience foraine en exécutant un saut “torpille”, à l’instar de ses compagnons d’infortune. Chacun a ensuite dû signer le registre centenaire avec un chou-fleur monté en graine, trempé dans un verre de vin des Raspes.

La cérémonie fut aussi l’occasion de célébrer Jo Vors, président emblématique de la confrérie des Cornards. Après 36 berges passées au tribunal, dont 26 ans en tant que président, Jo a rendu son habit de lumière non sans émotion. "Mais à 78 ans, il faut savoir s’arrêter, a-t-il reconnu. Je pars avec de merveilleux souvenirs et des anecdotes plein la tête, fier d’avoir perpétué cette tradition ancestrale." À en juger par la mobilisation d’hier, nul doute que les Saint-Romains sont attachés à leurs racines.

Un extrait de cette journée en vidéo :

 

Partager cet article

Commenter cet article