Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'habitat sur le Causse de Sauveterre Aveyron

28 Juin 2015 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #HISTOIRE EN AVEYRON

L'habitat sur le Causse de Sauveterre Aveyron
 L'habitat principal 

Croquis en coupe de l'habitat principal caussenard
 La terrasse ou "balet" : l'impossibilité de percer la voûte du rez-de-chaussée fait du balcon le seul accès possible entre la bergerie et les niveaux supérieurs. Certains travaux devaient avoir lieu sur cette terrasse : filature de la laine, épluchage des légumes et bien d'autres encore, à cause du manque de lumière à l'intérieur, dû à la petitesse des ouvertures pratiquées dans les murs.
La souillarde ou "solharda" : il s'agit d'une sorte d'arrière-cuisine, où se lavaient la vaisselle et le linge. On peut y puiser l'eau de la citerne sans avoir à sortir de la maison.
Le charnier : c'est une pièce importante de la maison, quoique de dimensions modestes. C'est une pièce exposée à tous les courants d'air, de préférence au nord, aménagée au premier étage, parfois dans les combles. Le charnier servait essentiellement à la conservation de viandes. L'aération, aussi fraîche que possible, s'y avérait donc primordiale. C'est également là que l'on faisait sécher les salaisons.
La cave : elle est creusée dans le sol et se trouve généralement sous la maison. On y conservait les pommes de terre, le vin et le fromage.

Deux pigeonniers dénotent la grandeur d'antan de cette vieille bâtisse
 Les dépendances 

 La Citerne : dans notre région où les puits sont rares, la citerne qui recueille les eaux de pluie ruissellant depuis le toit est un élèment essentiel. D'une capacité de 5 à 10 m3, elle se trouve souvent sous la souillarde ou sous la cuisine. Mais il est très fréquent que la ferme dispose de plusieurs citernes. Les citernes supplémentaires, souvent réservées aux bêtes, seront construites à l'extérieur, adossées à un bâtiment.
Aujourd'hui et depuis la fin des années 1960, l'eau des Sources de l'Aveyron et sources du Mont-Lozère sont captées et conduites à travers le Causse de Sauveterre, alimentant jusqu'aux fermes les plus isolées.

Les Pigeonniers : quelques belles maisons caussenardes disposaient de pigeonniers. (Il se raconte que plus le pigeonnier avait d'ouvertures, plus la famille était aisée)
Aire de battage quelque part sur le causse de Sauveterre
 L'Aire à battre : devant la grange, "pailler" ou "grenier", s'étale un dallage de pierre calcaire où était pratiqué le battage des céréales. Autrefois, on frappait les épis avec des fléaux. Plus tard, cette technique fut remplacée par la "caoucado". Les boeufs ou le cheval tournaient sur les gerbes de céréales étalées sur l'aire. De temps à autre, on retournait cette paille et le travail continuait jusqu'à ce que tous les grains soient séparés des épis. Ensuite, grâce à un van ou tarare, on séparait les grains des débris de paille.

Four de Laval du Tarn
 Le four à pain : parfois individuel, il est le plus souvent un bien du village. Fréquemment, il comporte une salle munie d'une banquette, sorte de porche d'où l'on surveille la cuisson, à l'abri des intempéries.

Outre les maisons rurales, l’architecture religieuse occupe une place importante dans ce pays. Le promeneur ne manquera pas d’admirer la pureté et la simplicité des robustes églises ou de remarquer les croix qui bordent les chemins.

Le Causse de Sauveterre dispose également d'un petit patrimoine construit très riche : faits de murs et murets, cazelles, fours à pain, drailles, jasses, puits, lavognes, aires à battre... tous vestiges du travail de nos ancêtres.

Cazelle en plein champ Les cazelles : ce sont des abris de bergers, généralement disséminés en pleine nature, quelque part l'équivalent des cabanes de pâtres que l'on pu trouver dans d'autres régions. Ici, la pierre étant dominante, elles sont solidement bâties en pierre et c'est sans doute pourquoi elles sont toujours là. On peu également en trouver de similaires au bord des routes, mais celles-là servaient d'abris pour les cantonniers.

 

Partager cet article

Commenter cet article

tridon 03/11/2012 07:23


grace a toi je m instruit encore merci