Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire de la ganterie à Millau au travers du Gant Jonquet 2ième Partie

27 Décembre 2015 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #INDUSTRIE AVEYRONNAISE

 

  Capture06

 

  

Vue aérienne de lusine Jonquet avant lincendie qui a ravason aile nord, le 3 mars 1995. (Mairie de Millau, Service Culture, Patrimoine).

 

 

Si les éléments bâtis ont disparu ou ont été modifiés, les plans de lusine des années 1930 nous renseignent sur son organisation et sa distribution. De même, des nombreuses photographies alisées depuis la fondation de la société du Gant Jonquet, souvent support de publicités, qui achèvent de nous informer, avec les nombreuses publications consacrées à lhistoire de lusine.

 

 

 

 

Capture08

Plan d’ensemble de lusine (Service Culture-Patrimoine).

 

Le plan de lusine des années 1930 montre un ensemble bâti en forme de U qui comprend une dizaine de bâtiments désignés par les lettres A à R, renvoyant aux plans d’exécution de chacun. Ils montrent une construction de pierre, béton, bois dont les parties les plus ancienne, les ailes nord et sud, sont élevées en moellons de calcaire tandis que les parties les plus centes, consacrées à la mégisserie, à l’est, sont de béton.

 

Si les deux ailes comptent deux étages, l’ensemble ne dépasse pas le rez-de- chaussée, hormis une mégisserie (N), couverte dun étage. Ainsi, l’ensemble s’étend sur une surface de 11 729 m².

 

De grandes baies ajourent les pièces, diffusant une lumière maximale, réelle amélioration des conditions de travail, au regard de celles connues dans les salles voûtées des quartiers mégissiers bordant le Tarn. Les espaces sont vastes, planchéiées, et reposent sur des piliers de béton aux arrêtes abattues, entre lesquels sont disposés les pelins, doleuses, écharneuses, meuleuses, dérayeuses, autant de machines, disposées en alignement, servant à l’ensemble des opérations, jusquaux tables de coupeurs et de gantiers. Aucune décoration ne vient orner ses façades. Le seul élément  distinctif consiste dans l’enseigne métallique qui couronne la passerelle reliant les deux ailes et qui affiche « GANT JONQUET ». Leffort sest logiquement concentré sur la fonctionnalité du bâtiment.

 

 

L’ensemble des opérations connexes, mégisserie, tannerie, teinturerie, ganterie, que la spécialisation a répartie entre plusieurs sites de la ville, est ici effectué sur place.

 

Les peaux brutes, dépouilles de lanimal, arrivent au pied de laile sud (B), où elles sont entreposées. Après triage, elles sont apportées dans les différents bâtiments consacrés à la mégisserie (I, L, M, N), qui se situent à proximité, à l’est de lusine. Là ont lieu les différentes étapes (reverdissage, rognage, pelannage, épilage, écharnage, … jusquau passage au confit) qui ont pour but de redonner à la peau son humidinaturelle, d’éliminer les poils ou la laine, l’épiderme et le tissu sous-cutané, de manière à ne conserver que le derme de la peau. L’une d’elle est en particulier consacrée aux pelins de reverdissage (M), première opération qui consiste à tremper les peaux sèches dans des bassins de ciment remplis d’eau claire afin de leur rendre lapparence de la dépouille fraiche.

 

Capture09 

 

Arrivage des peaux brutes (Album Jonquet, collection Fonds de la Peau et du Gant, Musée de Millau, non côté).

 

 

Capture10.jpg

 

Pelins de chaux (Album Jonquet, collection Fonds de la Peau et du Gant, Musée de Millau, non côté).

 

Capture11.jpg

 

Vue intérieure d’une mégisserie avant démolition (© Inventaire général, Ville de Millau - Région Midi-Pyrénées ;

photographies de l’auteur).

 

  

Partager cet article

Commenter cet article