Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Abbatiale Sainte-Foy de Conques en Aveyron

24 Juillet 2015 , Rédigé par l'oustal de saint juéry Publié dans #A LA DECOUVERTE DE L' AVEYRON

 

Ajoutée par le 17 oct. 2010

L'église Sainte-Foy de Conques figure au premier rang des édifices majeurs conçus par le génie de l'homme roman. Photos de notre visite au village de Conques. Voyage dans le sud de la France, jour 8 (1ère partie). Musique: Nox Arcana - Still Waters - Oblivion.

Le bourg médiéval de Conques venu progressivement se greffer autour de l'abbaye Sainte-Foy séduit d'emblée par l'authenticité du patrimoine architectural qui le compose.

Répondant autrefois à des usages collectifs ou privés, ce patrimoine s'affiche dans toute sa diversité. Le pont sur le Dourdou, la chapelle Saint-Roch, les remparts et les portes fortifiées de ville, les fontaines publiques, le château d'Humières, les innombrables maisons dont les façades à pans de bois rythment toujours les ruelles étroites et escarpées de la cité forment un véritable musée à ciel ouvert et servent à percer le mystère du Moyen Âge.

L'église abbatiale Sainte-Foy, considérée comme un chef-d'oeuvre de l'art roman, fut construite au XIème et au XIIème siècle. Par son architecture, elle se rattache à une série de cinq édifices, Saint-Martin de Tours, Saint-Martial de Limoges, Saint-Sernin de Toulouse et Saint-Jacques-de-Compostelle, tous situés sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques et présentant des caractéristiques communes: plan à déambulatoire et chapelle rayonnantes, transept pourvu de bas-côtés pour faciliter la circulation des pèlerins. Ces traits communs s'étendent également à l'élévation et au système de contrebutement.

Dans un style réaliste, unique à côté des stylisations de Moissac ou de Vézelay, le tympan de Conques est l'une des oeuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions. Il représente le Jugement dernier, d'après l'Évangile selon Matthieu. Il comporte 124 personnages, l'ensemble est divisé en trois niveaux. Tout en haut dans les anges ont peut voir deux anges sonneurs de cor, au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer. Derrière lui les anges portent le Croix et le fer de lance évoquant la Passion.

Au niveau médian le cortège des élus est en marche vers le Christ, on peut reconnaître la Vierge Marie et Saint-Pierre. Dessous, Sainte-Foy sous la main de Dieu, à côté des menottes des prisonniers qu'elle a libérés. De l'autre côté des anges-chevaliers repoussent les damnés essayant d'échapper à l'Enfer. On peut y voir de mauvais moines, un ivrogne pendu par les pieds.

Au troisième niveau c'est le Paradis avec au centre Abraham avec à droite un ange faisant entrer les élus et à gauche un démon fait entrer les damnés dans la gueule de l'Enfer. L'Enfer où préside Satan, et où sont châtiés les péchés capitaux: l'Orgueil, désarçonné d'un cheval, l'Avarice pendue haut et court avec sa bourse, la Médisance dont la langue est arrachée par un démon, l'Adultère représenté par une femme, poitrine dénudée, liée par le cou avec son amant. Sur le linteau on peut lire la phrase suivante: "Pécheurs, si vous ne réformez pas vos moeurs, sachez que vous subirez un jugement redoutable".

L'abbatiale conserve également un trésor comprenant des pièces d'art uniques de l'époque carolingienne. L'abbaye de Conques a été fondée par l'abbé Dadon sous la protection de Charlemagne.

Partager cet article

Commenter cet article