Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La légende de la source du Pêcher Florac

7 Mars 2020 , Rédigé par André Arnal Publié dans #CONTES et LEGENDES

La légende de la source du Pêcher Florac

 

Baptiste, que dans la rue du four on appelait « Tistou », était un gamin de Florac
Ah ! Tistou en avait-il fait des polissonneries !
A ses douze ans, il reçut ses premières  brailles.
Les jeux sur les bords du  Pesquio étaient finis.
il fallait songer à aider sa vieille mère veuve; penser à gagner quelques sous pour le pain et le pélardon.
Engagé comme petit berger à la ferme des Bastides sur le causse Méjean, il était loin de sa mère qui le talochait de temps en temps, mais qui pour Noël lui offrait une orange rouge comme un soleil.
Et Tistou s'était retrouvé tout seul, loin de Florac, de sa mère, du Pesquio et des truites qu'il avait pour habitude d'y pécher.
Le fermier de La Bastide qui était un brave homme lui avait bien donné quelques sous; mais qu'en faire dans la solitude de ce Causse ?
Le petit berger avait pour tâche d'aider à conduire le troupeau, à soigner les brebis qui ont la  pézono , et ce sous l’œil attentif du berger en chef
Mais tout de même, malgré le soleil, le grand vent, l'amitié des bêtes Tistou de temps en temps essuyait une larme.
Un grand trou noir s'enfonçait dans la terre au beau milieu d'un champ où le maître avait bien recommandé de ne pas laisser aller les bêtes.


Tistou , apeuré , y jeta son bâton de berger.


A quelques temps de là il revint à Florac passer quelques jours auprès de sa mère
Et il en profita pour aller voir les truites au Pesquio Quelle ne fut pas sa surprise alors de voir passer le bâton qu'il avait jeté dans l'abîme
Tistou eut vite fait de comprendre que le trou de la Bastide correspondait avec le  « Pesquio » d'où sortait la rivière.

Une idée alors lui vint, et avant de regagner la ferme il dit à sa mère « Maman, ne te fais pas de soucis pour les repas ; bientôt tu auras de la viande pour tous les jours de ta vie ; je connais le moyen, dans sept jours va au bord du pesquio sans rien dire à personne , un gros mouton en sortira avec les eaux de la rivière ».

De retour à La Bastide Tistou prit un mouton, le plus gros, et voulut le jeter dans le gouffre Mais, plus fort, le mouton se débattit et fit tomber le « petit berger » dans le trou

Cependant que sa mère guettait au Pesquio l'arrivée du mouton que lui avait promis son fils

Ça n'était pas très honnête bien sur mais une fois n'était pas coutume et les temps étaient si durs !

Mais malheur, c'est le bâton du  « petit berger » qu'elle vit passer devant elle

Quelques heures plus tard, on vit une mère qui rentrait chez elle dans la rue Traversière portant dans ses bras ....son enfant mort

Bien triste dénouement n'est-ce pas, le petit berger pas plus que sa mère n'avait mérité cela

Mais vous sourirez lorsque vous saurez que ceci n'est qu'une légende ....

 

Conté par André ARNAL de Peyreleau- le Rozier

 

 

 

La légende de la source du Pêcher Florac

Partager cet article

Commenter cet article

Shana 27/06/2020 18:32

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.