Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le château de Belcastel en Aveyron

7 Février 2016 , Rédigé par Gite aveyron l'oustal de saint juéry Publié dans #LA ROUTE DES SEIGNEURS DU ROUERGUE

Ajoutée le 9 juil. 2013

LE CHEMIN DE RONDE. Le Château de Belcastel, l'un des châteaux de la Route des Seigneurs du Rouergue, se dresse sur un éperon rocheux dominant le village, sur la rive de l'Aveyron.

A l'origine, simple chapelle au IXe siècle, puis forteresse au XIe siècle remaniée au XVe siècle, ruine au XIXe siècle restaurée au XXe siècle, le château de Belcastel connut nombre de transformations et de propriétaires au cours des siècles. Malgré l'appellation de « beau château », la signification originelle du nom différait radicalement. En Occitan, « bel » signifiait en effet guerrier, puissant et « castel » signifiait forteresse. Ainsi, Belcastel ne fut pas construit pour servir de château d'agrément, mais bien de forteresse militaire.

Au Moyen Âge, les douves servaient de système de défense, de carrière de pierres réutilisables pour la construction du château et de source d'eau potable. Creusées dans le roc au pied même de la forteresse, elles s'avéraient indestructibles. Les douves de Belcastel sont alimentées par le Riou Nègre, un petit torrent qui coule au pied du château, côté nord. Captée 200 mètres en amont, l'eau passe au fond des douves, s'écoule autour du château avant de retourner au Riou Nègre en une succession de bassins et de cascades.

Le pont-levis faisait partie des nombreux moyens imaginés pour protéger l'entrée du château. Très étroit, le pont-levis s'avérait moins vulnérable et plus facile à défendre. De petites ouvertures, de part et d'autre du passage, permettaient aux gardes de vérifier si les visiteurs étaient armés. Les petits encorbellements rectangulaires au-dessus de l'entrée sont des bretèches, d'où l'on pouvait tirer des flèches ou jeter des pierres sur les assaillants. Des postes de tir étaient aménagés dans les murs de la tour sud et des mâchicoulis protégeaient l'entrée du pont-levis.

Lorsque Belcastel était assiégé, les défenseurs brisaient la passerelle de bois conduisant au pont-levis. Ils fermaient ensuite une porte en bois massif qu'ils bloquaient avec un madrier. Ils levaient le pont-levis de l'intérieur en abaissant le contrepoids situé au-dessus de la porte. Une fois le pont-levis relevé, deux bras maintenues par des chaînes venaient se rabattre dans les encoches prévues à cet effet dans la muraille. Il restait alors à descendre la herse.

Dans la cour, près du pont-levis se trouve un escalier qui mène au jardin suspendu d'où le regard embrasse une vue imprenable sur l'entrée de la forteresse, sur le donjon et sur les collines, au loin. C'est là que les Seigneurs de Belcastel et leurs archers défendirent le château et que les Saunhac reçurent leurs invités de marques.

La tour circulaire qui domine la cour au sud-est abrite aujourd'hui une chambre d'hôtes sur deux niveaux avec des plafonds aux poutres apparentes. Un escalier en arrondi mène au second niveau. Les nombreuses fenêtres à vitraux offrent de magnifiques vues sur la campagne aveyronnaise, le village de Belcastel, le pont-levis et les douves, et quelques uns des cours et jardins intérieurs du Château.

Le château, tel qu'on peut le voir aujourd'hui, résulte de la volonté et de la vision du célèbre architecte Fernand Pouillon qui le restaura, pierre après pierre, dans les années 1970. Fernand Pouillon consacra huit ans à la restauration du château qui resta la propriété privée de l'architecte jusqu'à son décès.

Les propriétaires actuels du château, un couple de galeristes américains, Heidi Leigh et Nicholas Leone, en firent l'acquisition en 2005 et l'ouvrirent au public en tant que monument historique et galerie d'art. Le château abrite en outre une collection d'armures originales du XVIe siècle.

photo a.montginoux

photo a.montginoux

Partager cet article

Commenter cet article