Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire d'un fromage le Laguiole

23 Février 2016 , Rédigé par Gite l'oustal de saint juéry Publié dans #L'AUBRAC

 

 

Au 12ème siècle, les chemins qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle 
ne sont pas des plus sûr : Intempéries, bêtes sauvages
et bandits de grands chemins font partie du décor.
     La bourse où la vie les jours de chance. 
La bourse et la vie les jours de pas-de-bol... 
     En 1120, le Comte de Flandres en fait la sinistre expérience : 
violente tempête, attaque de brigands. De quoi vous gâcher un pélerinage. 
C'est pourquoi, à la suite d'une mauvaise rencontre dans l'Aubrac, 
monsieur le Comte décide de faire bâtir une abbaye qui servirait de refuge aux pélerins.
     Et qui dit abbaye dit moine. Et qui dit moine dit... fromage !

     Le fromage en question porte le nom d'un petit village du nord de l'Aveyron, Laguiole
Et ses habitants prononcent "Laïole".
     Au XIIIème siècle, le Laguiole sert de monnaie d'échange. Du vin, du sel et des fruits du Midi contre de bons gros fromages.
     Au XVIIème, les moines transmettent leur savoir-faire aux bergers des monts d'Aubrac qui, durant la transhumance, vivent dans les burons et fabriquent à leur tour le Laguiole.

     Puis vient le temps de la Révolution. Les moines sont chassés, le fromage menacé.
Mais c'est sans compter sur les bergers et fermiers qui reprennent le flambeau. 
Fin du XVIIIème siècle, on compte alors pas moins de 300 burons en activité,
employant quelques 1200 bergers.

     Aujourd'hui, ce temps est révolu. A quelques rares execptions, le Laguiole est conçu en coopérative laitière tout en conservant les méthodes de fabrication ancestrales. Le Laguiole obtient l'AOC le 24 juin 1976. Son aire de production se situe autour de Rodez, Saint-Flour etMende, là où la végétation est luxuriante
et où les vaches séjournent du 25 mai au 13 octobre.

Histoire d'un fromage le Laguiole

Partager cet article

Commenter cet article

ARNAL 24/02/2016 13:53

Et voici la LÉGENDE /Childebert , roi de la lignée des mérovée , régnait sur la Gaule devenu royaume des Francs . A Clermont le roi ELALIUS avait des démêlées avec sa femme TETRATIA . Un mari quia des problèmes avec sa femme , on ne va pas en faire tout un plat , diriez-vous ?...Et bien figurez-vous que si : on va même faire L'ALIGOT.
Le rôle échoit aux... trois évêques du pays qui se réunissent au carrefour de leur diocèse , non loin de l'Aubrac
Il y avait là l'évêque du Gévaudan , celui du Rouergue et celui de l'Auvergne . Lors de la discussion chacun reste sur son territoire . La joute orale et l'altitude donne faim aux évêques . Chacun avait amené avec lui quelques victuailles Celui de l'Auvergne des pommes de terre , celui du Rouergue son fromage frais , son beurre, et son lait , celui du Gévaudan tenait , lui, un produit tout nouveau : de l'ail , le sel quant à lui venait de Camargue .
On remit tous ces ingrédients aux buronniers en lui demandant de fabriquer un plat . Le brave homme savait faire le fromage mais n'était pas cuisinier . Il choisit le moyen le plus simple et le plus direct , il mélangea le tout dans un chaudron . Nos trois évêques apprécièrent tant qu'ils en reprirent
Le repas terminé , ils commencèrent à se disputer le peu qu'il restait pour que la recette se perpétue dans leur région respective. L'Auvergnat pour les jours un peu >; le second pour employer le lait et le fromage qu'il avait en surproduction ; le troisième pour nourrir ses pèlerins qui, parfois menaient à la pitié . La bagarre prit de l'ampleur , chacun voulant le contenu du chaudron . Ils y plantèrent , décidés , leur cuillère de bois . Puis , à force d'être remué, le contenu se mit à filer comme s'il ne voulait pas se séparer . Voila une purée peu ordinaire , que l'on ne mange pas dans nos auberges , pensèrent nos trois évêques ; par la volonté de dieu il fallait qu'elle soit fabriqué sur place , sur L'AUBRAC Restait à lui donner un nom , vu qu'il y avait de l'ail , on décida de l'appeler > qui , avec le temps , devint l'Aligot